Heures au format UTC - 5 heures [ Heure d’été ]


Règles du forum


N'hésitez pas pour y intégrer une affiche et quelques images avant vos liens. Juste un petit effort de présentation SVP


Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3152
Points: 3160
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
MessageSujet du message: Filmo de Atahualpa LICHY
Posté: 24 Oct 2018, 19:36 

P'tit préambule...
  Quand j'avais seize ans, au siècle dernier, j'allais presque chaque soir à la cinémathèque de la rue d'Ulm. A la nuit tombée, une longue queue se formait sur le trottoir de cette rue étroite et déserte derrière le Panthéon. A l'entrée se tenait un grand type, pour le moins "typé", une tête de prince aztèque, que tous saluaient "bonjour Atahualpa".....il vérifiait et déchirait les billets . Il bossait pour Langlois.
  Cinquante cinq ans plus tard, j'ai retrouvé sa trace et son parcours grâce à google et surtrout grâce à Facebook....il n'a même pas droit à une page Wiki et ses pages Imdb ou autres sont lamentablement incomplêtes. Dans son pays il semble être connu, respecté et admiré.
  Je l'ai contacté et nous avons un peu bavardé. Il était dans l'incapacité de me faire parvenir des liens pour ses films.
  Et voilà que l'autre matin "Rio Negro" était chez Rare film.... aussitôt pris et réup...


Image Image Image
 
Image Image Image

Image Image

Atahualpa LICHY est né à CARACAS au Venezuela. De son enfance passée à parcourir les Andes et l’Amazonie en compagnie de son père entomologiste, il a gardé le goût des grands espaces, de l’aventure et du rêve. En 1956, à peine arrivé à Paris, il devient le collaborateur de Henry Langlois. Pendant des mois, il classe tous les trésors éparpillés de la Cinémathèque. Exit les minéraux, désormais sa passion c’est le “Cinéma”. Puis c’est Cannes, cuvée 1968 et le slogan “Tous les films naissent égaux”. De 1969 à 1975, il participe à la création et à l’organisation de la Quinzaine des réalisateurs. Dans le même temps, il met en scène pour le cinéma et la télévision plus de soixante courts métrages et organise de nombreux festivals. En août 1989, il tourne dans son pays natal son premier long métrage RIO NEGRO


       


http://www.cndp.fr/media-sceren/catalog ... isateur=on
http://data.bnf.fr/fr/documents-by-rdt/ ... /610/page1


A propos de l'artisanat : le plaisir de créer 1977 0 h 26 min
A propos des femmes d'artisans : se faire reconnaître   1977 0 h 27 min
A propos des jeunes artisans : un avenir incertain   1977 0 h 24 min
L'Afrique noire de l'homme blanc 1967 0 h 22 min
André Breton 1896-1966 : Je cherche l'or du temps 1968 0 h 28 min
Aux sources de la danse                         1981 0 h 41 min
Les emplois de bureau                         1968 0 h 18 min
Idoles et chanteurs : I. La chanson, un métier   1967 0 h 20 min
Idoles et chanteurs : II. La chanson, un métier 1967 0 h 19 min
Je voudrais travailler l'an prochain 1975 0 h 29 min
Les jeunes et l'emploi : 1. Trouver du travail 1973 0 h 29 min
Les jeunes et l'emploi : 2. Avoir un métier 1973 0 h 29 min
La machine à laver 1969 0 h 19 min
Martin Luther Berger, Jean-Loup 1963 0 h 20 min
Massy un grand ensemble 1970 0 h 19 min
Le mot et l'image 1968 0 h 19 min Extrait disponible
La Narbonnaise : I. Période pré-romaine 1966 0 h 17 min Extrait disponible
La Narbonnaise : II. La province romaine 1966 0 h 16 min
Les salons de Baudelaire 1969 0 h 29 min
Le tracteur 1969 0 h 19 min
Travailler loin de chez soi 1972 0 h 19 min

Le mot et l'image / Atahualpa Lichy - Jean-Paul Torok
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320543x/f1

1970   Béjart   (59 min.)
Interview de Maurice Béjart sur la création chorégraphique, illustrée par des extraits de onze ballets et improvisations.

1972   Celui qui venait d'ailleurs  (18 min.)   co-réal. J.P. Torok
Un mystérieux individu, silencieux et taciturne, se présente un soir dans une auberge bretonne et suscite la curiosité avant de provoquer la haine, la peur et, finalement, sa propre mort.

1973   Le travail du comédien  (c.m.)
De la première lecture à la première publique: trois mois de répétitions de la pièce de B. Brecht « Dans la jungle des villes », par la compagnie Vincent Jourdheuil.

1980   L'Abécédaire du Maréchal (c.m.)
Ce film montre les instruments de la propagande du gouvernement de Vichy auprès de la jeunesse et, plus spécialement, les images diffusées sous forme d'abécédaires, d'affiches, de films d'actualités ou de propagande. On y voit le discours de Pétain, Georges Lamirand, secrétaire général à la jeunesse, Marcel Déat, fondateur du Rassemblement national populaire et Jacques Doriot, fondateur du Parti populaire français.



1991   Río Negro

En 1912, sur le territoire de Río Negro au Venezuela, l'arrivée de l'ambitieux gouverneur Osuña, délégué par le dictateur Juan Vincente Gomez, déclenche les hostilités du chef local Carrera qui règne en maître dans la région avec ses nombreux mercenaires. Le colonel Fúnes veut jouer les médiateurs, mais sa soif exacerbée de justice le conduit à mettre le pays à feu et à sang.

Scénario : Joaquin Gonzalez, Eduardo de Gregorio, Antonio Larreta, Atahualpa Lichy, Diana Lichy et Manolo Matji d'après une histoire vraie

Image Image Image

avec
   Ángela Molina : Maria Fernanda Osuña
   Marie-José Nat : Madame Ginette
   Nathalie Nell : Juliette
   Fanny Bastien : Marie
   Daniel Alvarado : Osuña
   Frank Ramírez : le colonel Tomás Fúnes
   Javier Zapata : Gonzalito
   Alexander Milic : Carrera

VO Srt.anglais   1.41 Go

https://multiup.org/download/208276e048 ... gro.7z.001
https://multiup.org/download/440cce1bfe ... gro.7z.002
https://multiup.org/download/419a7e3e20 ... gro.7z.003
ou
1991___Rio_Negro.7z.001 - 500.0 MiB
1991___Rio_Negro.7z.002 - 500.0 MiB
1991___Rio_Negro.7z.003 - 452.7 MiB



2011   El misterio de las lagunas, fragmentos Andinos

Image Image Image

Image Image





Documentaire de Atahualpa Lichy, Vénézuela, 2011,92 minutes

On a envie d'y croire très fort. Ce magnifique documentaire nous entraîne dans le monde hors du temps des Andes vénézuéliennes. Là, perdus dans des montagnes à la végétation foisonnantes, se nichent des villages reculés où se sont encore arrivés ni Internet ni même la télévision. Une radio communautaire diffuse les nouvelles locales et le bibliothécaire parcourt les sentiers à dos de mulet  pour apporter les livres aux enfants des hameaux isolés.

Dans cet univers sans doute idéalisé par l'œil du réalisateur, on se croît soudain transporté dans une sorte de paradis pré-industriel, un monde rural préservé et coloré, où des hommes simples mènent une vie paisible, libre et saine, rythmées par les travaux des champs, en perpétuant leurs traditions ancestrales. A la fête de Saint Isodore, patron de la fertilité, les bœufs défilent dans les rues du village, les cornes ornées de fleurs. Dans les champs, les chevaux semblent danser au  son de la musique andine. Le blé aux belles couleurs dorées est battu sur l'aire, et la paille est séparée du grain, ensuite moulu dans d'antiques meules de pierre. Sur la place du village, des gauchos en costume martial font parler la poudre de leurs pétoires en l'honneur du libérateur des Andes, Simon Bolivar.

La musique est la danse sont omniprésentes. L'artisan luthier nous montre des violons fabriqués à partir de carapaces de tatous ou des calebasses, puis va en jouer sur la colline avec ses apprentis, dans un sublime décor de montagnes. Le coiffeur offre un petit récital de chansons folkloriques à son client tout en lui taillant la moustache. Le paysan qui sarcle ses caféiers se révèle bientôt être aussi un violoniste virtuose. Toutes les générations se mêlent dans de grands défilés, où des danseurs masqués ou grimés, aux costumes colorés défilent au son des tambours et des flûtes.

Petit à petit, sans jamais prendre un caractère didactique ou ennuyeux, le documentaire nous entraîne vers une compréhension plus profonde des cultures et des croyances locales, mélange de traditions indiennes précolombiennes de catholicisme d'origine espagnol et. Comme ces étranges chants collectifs aux accents andins qui accompagnent la Paradura, la parade du petit Jésus dans les rues du village au premier de l'an. Comme cette antique coutume des « angelitos », consistant à promener dans les rues du village, déguisé en anges, les dépouilles des jeunes enfants morts, censés apporter le bonheur et la prospérité. Une pratique que l'on comprend mieux à la lumière des anciens rites indiens, qui offraient leurs premiers-nés en sacrifice aux dieux.

Au terme de ce voyage initiatique, on trouve en effet les traces des antiques religions précolombiennes et de leurs divinités : le dieu-serpent, l'arc en ciel,  le soleil, la lune. Et aussi les lagunes, qui revêtaient aux yeux des anciens habitants un caractère sacré dont on trouve encore aujourd'hui l'écho dans différentes coutumes et superstitions.  

Mais le résumé précédent, trop analytique, trop descriptif, ne rend pas compte du climat envoûtant de ce documentaire aux allures de voyage vers un paradis perdu : beauté mystérieuse des lagunes sous la lumière de la lune, touchante poésie des chants folklorique qui illustrent chacune des 10 ou 15 courtes séquences du film, couleurs, magnifiques des paysages et des costumes.... Sans doute la réalité est-elle par moments un peu enjolivée, mais le cinéma n'est-il pas fait pour rêver ?

Fabrice Hatem

(Vu au festival Filmar en America latina, à Genève, le vendredi 23 novembre 2012)


Dernière édition par vekkialli le 25 Oct 2018, 09:18, édité 2 fois.
Liens uptobox prolongés


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 2018
Messages: 507
Points: 512
Sexe: Non specifié
Posté: 24 Oct 2018, 23:10 

Je ne connaissais pas du tout!
Merci pour la decouverte Vekkialli!!


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 


Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit