Heures au format UTC - 5 heures [ Heure d’été ]


Règles du forum


N'hésitez pas pour y intégrer une affiche et quelques images avant vos liens. Juste un petit effort de présentation SVP


Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 10:01 

suite à une demande, ici....
paul-carpita-le-rendez-vous-des-quais-53-t8527.html#p31536
je propose de faire une filmo.
apports, commentaires, suggestions et critiques...bienvenus

un site qui me semble très riche....https://sites.google.com/site/pourpaulc ... ste-absolu

http://paul.carpita.pagesperso-orange.fr/index1.htm

https://biosoc.univ-paris1.fr/spip.php?article246

https://biosoc.univ-paris1.fr/spip.php?article246

https://assopourquoipas.org/2013/09/11/ ... onnaissez/

Image    Image

 

https://cafemusique.wordpress.com/2010/ ... ire-taire/


https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Carpita
je mets en noir ceux que je peux envoyer...

Courts métrages

Ciné-Pax
1946 : Vers la lumière, la reconstruction de Marseille.
1946 : Rencontre jeunesse, avec Pablo Picasso.
1947-1948
Pour que nos joues soient toujours roses
Équipes de choc
Nous voulons vivre!
1958 : La récréation (16 min)
   1960 : Marseille sans soleil(17 min)
   1962 : Demain l'amour (17 min)
   1964 : Des lapins dans la tête (18 min)
   1964 : La grenouille (16 min)
   1964 : Graines au vent (18 min)
   1966 : La visite (20 min)
   1970 : Adieu Jésus, poème cinématographique (8 min)
   1972 : Les Fleurs de glai (18 min)
   1992 : La Poupée romaine (13 min)

Moyens métrages

   1951 : Je suis née à Berlin, festival mondial de la jeunesse pour la Paix (quelques images commentées par Paul Carpita) 6min.
   1955 : Rencontre à Varsovie (75 min)
  1965 : Bonjour camarade  (25 min)

Longs métrages

    1955 : Le rendez-vous des quais

   1959 : Rendez-vous avec Paul.................. Ce film regroupe six courts métrages réalisés par Paul Carpita : La Récréation, Marseille sans soleil, Demain l'amour, Des lapins dans la tête, Graines au vent et Adieu Jésus.

   1996 : Les sables mouvants

   2002 : Marche et rêve ! Les Homards de l'utopie

Actualités

  1950 :  Le rendez-vous de l'espérance (1 h.05 min.)..........collectif, coordonné par Pierre BIRO
  1951 :  Vivent les dockers (15 min.).........................collectif, coordonné par Robert MENEGOZ
  1974 : Hommage à Jacques Duclos(7 min.)
  1978 : Meeting de Georges Marchais à Marseille le 21 Janvier 1978 (37 min.)
  1978 : Intersub, des sous-marins et des hommes (primé au Festival du film d'entreprise de Biarritz)
1982-1994 : documentaires de commande


Image


Dernière édition par vekkialli le 19 Oct 2018, 20:07, édité 8 fois.
Dates de la filmo, images, infos...


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 17:26 

1946 : Rencontre jeunesse, avec Pablo Picasso

Image



1951 : Je suis née à Berlin, festival mondial de la jeunesse pour la Paix (quelques images commentées par Paul Carpita) 6min.

https://multiup.org/download/a0ea7933b3 ... Berlin.avi
ou
1951___Je_suis_nn__no_Berlin.avi - 98.1 MiB


Image


Dernière édition par Simon le 19 Oct 2018, 08:41, édité 1 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 17:36 

1950 :  Le rendez-vous de l'espérance ...............collectif, coordonné par Pierre BIRO

https://multiup.org/download/3196c4cb42 ... _rance.mp4
ou
1950___Le_rendez-vous_de_l_espn_rance.mp4 - 417.5 MiB


Image    Image   Image

https://www.cinearchives.org/Films-447-166-0-0.html

Ce documentaire suit le parcours à travers la France des «coureurs de la Paix» et de nombreuses délégations de jeunes se rendant aux Rencontres Internationales de Nice du 13 au 20 août 1950, rassemblement franco-italien organisé par le Mouvement de la Paix pour l'interdiction absolue de l'arme atomique : «vos plus belles vacances aideront à sauver LA PAIX»

Préparant le rassemblement Niçois, des jeunes collent sur les murs l'affiche de la colombe de la paix signée Picasso. Les caravanes de la Paix se transforment en autant de centres de propagande parcourant une France souvent rurale : distribution de la presse communiste destinée aux jeunes (Avant-Garde, Action, Mitoir, Vaillant), projections de films, harangues, participation à des cérémonies rendant hommage aux morts de le seconde guerre mondiale, campagne intensive pour faire signer l'Appel de Stockholm sur les marchés, les routes, les champs, les parvis des églises... La caméra suit en particulier le trajet de sept « délégués d'honneur » de Renault-Billancourt et la camionnette des étudiants des beaux-arts de Paris.

Les caravanes de la Paix sont accueillies par les dockers de Dunkerque « Garde-côte de la paix », les enfants des colonies de Montreuil, Vitry et Aubervilliers ou les mineurs de la Grande Combes... Peints sur les murs ou figurant sur des banderoles, de nombreux slogans dénoncent la guerre du Viêt-nam et la guerre de Corée.
Dans le sud de la France, le voyage, arrivé à son terme, prend une tournure plus politique et parfois plus grave : manifestation à Toulon devant la prison où est enfermé Henri Martin, défilé nocturne à Marseille perturbé par les C.R.S., attentats contre des locaux du P.C.F. à Nice, alors que le préfet des Alpes-Maritimes voulait interdire le rassemblement.... Néanmoins le voyage jusqu'à Nice et le rassemblement qui s'y déroule sont, pour de nombreux jeunes, l'occasion de profiter des joies de la mer et du camping, si ce n'est de les découvrir.
Lors de cette mobilisation pour la Paix, une large place est accordée aux manifestations ludiques et artistiques : spectacles nocturnes à Paris (aux arènes de Lutèce) et à Nice, présentation itinérante du tableau représentant la population niçoise jetant au port la rampe d'un rocket V2 (le 14 février à Nice), cours en plein air avec les étudiants des beaux-arts sur la tradition réaliste française chez Callot, Poussin ou Delacroix, exposition artistique à la Bourse du Travail de Nice, visite de jeunes ouvriers de Renault à Picasso qui les reçoit dans son atelier de Vallauris. De retour à Paris, les jeunes de Renault exposent la poterie offerte par Picasso.
A Nice, ces rencontres internationales sont le prétexte à de nombreuses démonstrations d'amitié entre les délégations françaises et italiennes, souvent au son de la chanson « Bella Ciao ». La foule des manifestants est estimée à 25 000 personnes.

En fin de film sur un plan de Paris, le slogan : « deux mille ans pour faire Paris, une seconde suffirait à le détruire ».

Tourné pendant l'été 1950, Le Rendez-vous de l'Espérance s'inscrit dans le sillage du Mouvement de la paix. Selon Pierre Biro, qui a coordonné la réalisation du film, il s'agissait d'une commande de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Le but était de mettre en lumière les actions menées par les jeunes en faveur de la paix. L'Appel de Stockholm vient alors tout juste d'être lancé, en mars 1950. Il réclame l'interdiction des armes nucléaires et exhorte les signataires à rejeter la perspective d'une troisième guerre mondiale. Avec le déclenchement de la guerre de Corée, en juin 1950, l'Appel de Stockholm semble répondre à la crainte d'un nouveau conflit planétaire qui se propage dans l'opinion publique. En France, le PCF et ses différentes organisations « satellites » relaient le Mouvement de la paix pour faire adhérer à l'Appel de Stockholm.
C'est dans ce contexte particulier qu'ont lieu les Rencontres de la jeunesse de France et d’Italie pour la paix, entre le 13 et le 20 août 1950.
Le Rendez-vous de l'Espérance est au départ conçu comme un projet cinématographique participatif : les jeunes militants cinéastes amateurs sont invités à enregistrer les Rencontres de la jeunesse pour réaliser un film collectif. Un appel à contribution est lancé dans l'Ecran français, hebdomadaire communiste dédié au cinéma. Durant tout l'été 1950, différents contributeurs enregistrent des images : parmi eux, Jean-Jacques Sirkis, Jean-Pierre Marchand ou Paul Carpita. Pierre Biro est chargé de coordonner la réalisation du film : il est assisté dans cette tâche par Myriam, une monteuse assez célèbre de l'époque. Leur travail est supervisé par les responsables politiques de la FJDM, Jacques Denis, Paul Laurent et Louis Baillot, ainsi que par Jean Jérôme. D'après Pierre Biro, Jean Jérôme aurait fait retirer une séquence où Picasso et Françoise Gilot improvisaient à Vallauris une danse avec des céramiques devant la délégation des jeunes de Renault-Billancourt. Il manquerait également à cette version sa scène finale : un lâcher de tracts pour la paix du haut de l’arc de Triomphe, qui avait demandé une préparation minutieuse afin de prendre de vitesse les forces de l’ordre.
Le Rendez-vous de l'Espérance est présenté pendant le festival mondial de la jeunesse qui se déroule à Berlin pendant l’été 1951. Malgré l’accueil très enthousiaste reçu, le film n'a quasiment pas été diffusé en France au début des années 1950.

Générique : «Sous le patronage de la revue Jeune Génération, le Comité Français de la Jeunesse Démocratique présente Le Rendez-Vous de l'Espérance / le film a été réalisé collectivement en format d'amateur et sans aucun moyen technique par un groupe de jeunes français pour témoigner de leurs luttes, de leurs espoirs et de leurs joies (...)»
Commentaire : Jean Marcenac dit par Max Aubry
Musique : Louis Saguer
Chants : Chorale Populaire de Paris, Chorale Danièle Casanova _Un groupe de communistes : H.J. Dupuy, L. Joachim, Suzanne Mosse, Louis Saguer J. Van Tirnen
Montage : Jean-Lou Levy-Alvarez (Note : Pierre Biro ne cite que Myriam comme monteuse du film)
Direction technique et artistique : Myriam et Pierre Biro.
Lieux et monuments : Paris, Lorraine, Flandre, pays bigouden, région lorientaise, Carcassonne, Tulle, Le Puy, La Grande Combes, Marseille, Nice, Èze,Toulon...
Personnalités : Pablo Picasso, Yves Montand, Simone Signoret, Jacques Duclos, Léo Figuères, André Wurmser, Roger Garaudy, Jean Marcenac, Pierre Abraham, Yves Farge, Jean Cristofol, Roger Allemane (délégué mineur), sœur et fiancée de Henri Martin, Adamoli (maire de Gênes), portraits de Raymonde Dien et de Henri Martin, plaque en hommage au Colonel Fabien et à Jean Moulin à Caluire
Mots d'Ordre : Assez de cercueils, Paix au Vietnam, la Corée aux coréens, La guerre n'est pas fatale, des fleurs et non des pleurs, Signez l'appel de Stockholm, Deux mille ans pour faire Paris, une seconde suffirait à le détruire


Dernière édition par Simon le 19 Oct 2018, 08:43, édité 1 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 17:47 

1951 :  Vivent les dockers (15 min.).........................collectif, coordonné par Robert MENEGOZ



https://www.cinearchives.org/Catalogue- ... 5-0-0.html

https://multiup.org/download/fd573d11d6 ... ockers.mp4
ou
1951___Vive_les_dockers.mp4 - 70.4 MiB


Les luttes des dockers durant l'hiver et le début du printemps 1950, filmées à Rouen, Saint-Nazaire, La Pallice (La Rochelle), Marseille et Bordeaux.
Après une évocation de la précarité, de la pénibilité et de la dangerosité de leur métier, ce film militant exalte l'héroïsme et les sacrifices des débardeurs mobilisés contre la politique américaine et le plan Marshall, le réarmement allemand et la guerre d'Indochine...

Tourné dans les principaux ports français (à l'exception notable du Havre), Vivent les dockers mêle des images dérobées (débarquement des cercueils des soldats français tués en Indochine, présence des C.R.S.) et des scènes reconstituées (accidents du travail et manifestations, harangue d'un travailleur algérien et fraternisation). Il s'inscrit dans la bataille esthético-idéologique du parti communiste tendant à construire, principalement durant le premier semestre 1950, une image héroïque des dockers.

Interdit par la censure. Grand prix du documentaire au festival de Karlovy-Vary en 1951.

Image   Image  
 
Générique : « La CGT-FSM et l'Union des Syndicats de la Région Parisienne présentent un film réalisé par un groupe de techniciens en hommage aux dockers français, à leur rude métier et à leur lutte héroïque pour la paix ».
Production : CGT, FSM (Fédération syndicale mondiale), Union des Syndicats de la région parisienne
Images : Robert Ménégoz, Serge (Jean ?) Bénézech, Jean Roullet, Paul Carpita (Marseille) et René Vautier (Les images de Brest ont été tournées par René VAUTIER pour son film Un Homme est mort , ces images sont reprises dans Le Chant des Fleuves de Joris Ivens dont Robert Ménégoz était l'assistant).
Montage : Victoria Mercanton
Commentaire : André Stil
Musique : Marche de L'Amour des trois oranges de Prokofiev.
Lieux et monuments : Marseille, Brest, Bordeaux, Rouen...
Personnalités : Victor Gagnaire (L'homme trapu, relativement âgé, portant une écharpe est Victor GAGNAIRE, syndicaliste marseillais), Andréani (docker marseillais)
Lieux, évènements et personnes cités : Dunkerque, Rouen Saint-Nazaire, Marseille, Nice, La Pallice, Bordeaux, Cherbourg (« solidarité des travailleurs parisiens aux dockers de Cherbourg » ), dockers de Tunis, de la Rochelle, dockers algériens, Corée ; retour d'Indochine du Chantilly, enterrement d'Edouard Mazé (ouvrier du bâtiment tué à Brest en mars 1950 dans une manifestation).


Dernière édition par Simon le 19 Oct 2018, 08:44, édité 1 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 17:55 

1955 : Rencontre à Varsovie

https://multiup.org/download/4ac3ad1bfa ... rsovie.avi
ou
1955___Rencontre_no_Varsovie.avi - 1.2 GiB



 Scénario, réalisation et images Paul CARPITA
Son .Pierre Boistelle
Marcel Royne
Dialogues André Abrias
Musique originale : Jean Wiener
Montage Suzanne Sandberg
 Avec :
Jacques Brenan Jacques
Denise Landry Mireille
Florent Munoz Fernand
André Abrias Bresson
André Robert  le directeur
Georges Pasquini le père de Mireille
Louisette Cavolino la mère de Mireille
Et le petit Pierrot

Jacques, en mal d’emploi, accepte, pour un journal à sensation de couvrir les Rencontres Internationales de la Jeunesse, organisées à Varsovie.
Dans le train, il partage le compartiment d’une délégation de truculents Marseillais parmi lesquels une jeune fille, Mireille…
De défilés grandioses en manifestations chamarrées où se croise la jeunesse du monde entier, sans discrimination de couleur ou d’option politique, de déploiements titanesques en spectacles improvisés au détour d’une rue, de défilés bigarrés en sarabandes spontanées et joyeuses, les jeunes gens s’amusent, découvrent la ville, se découvrent.
Cadre de leur idylle naissante, Varsovie tente bien de masquer ses plaies encore béantes derrière ses flamboyantes parures de fête mais, une rue trop loin, et voila les amoureux perdus dans les ruines du ghetto. Leurs escapades de l’autre côté du décor les conduiront à Auschwitz.
Alors que son attrait pour Mireille s’affirme, Jacques sent sa culpabilité grandir : il n’est pas ce qu’il a prétendu être et ce qu’attend de lui sa rédaction, il le sait, sera perçu par Mireille et ses compagnons, comme la pire des trahisons… Sa tentative de reporter puis de nuancer son premier papier échoue : son rédacteur en chef le récrit.
L’article paraît…

Le film est tourné à Varsovie en août 1955.Les plans complémentaires seront réalisés par la suite à Marseille. Monté en 1956, il est diffusé une première fois le 10 mars 1957. Sélectionné la même année au Festival International de la Jeunesse pour la Paix de Moscou, Rencontre à Varsovie obtient la médaille d’argent. C’est Mort en fraude de Marcel Camus, premier film sur la guerre d’Indochine, qui remporte la médaille d’or.


Dernière édition par Simon le 19 Oct 2018, 08:46, édité 1 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 18:02 

1955 : Le rendez-vous des quais

Avi   690 Mo

https://multiup.org/download/bd86db3ae0 ... ______.avi
ou
Le_rendez-_vous_des_quais______.avi - 690.1 MiB


Image


   

 Image   Image   Image  

Image

https://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/fiche-media/Repmed00691/censure-s-pour-paul-carpita.html

En 1990, à quelques heures de la sortie du Rendez-vous des quais en salles, Paul Carpita vient à la télévision régionale retracer le parcours peu banal de ce film, tourné quarante ans plus tôt à Marseille, en partie clandestinement, sur fond de la « Grande grève » des dockers contre la guerre d'Indochine, avant d'être saisi par la police au cours d'une projection, « pour trouble à l'ordre public ». Ce n'est que trois décennies plus tard qu'il sera retrouvé. Le cinéaste évoque également les conditions de tournage, l'appui décisif des Studios Pagnol lors de la postproduction, et l'objectif qu'il poursuivait en faisant ce film. Le journaliste cite de son côté les critiques dithyrambiques qui accompagnent le Rendez-vous des quais depuis sa résurrection. Des extraits du film illustrent le sujet.
Type de média :
Vidéo - Journal télévisé
Date de diffusion :
28 février 1990
Source :
FR3 Marseille (Collection: Atr2 )

réup.....https://multiup.org/download/d49567b724 ... arpita.mp4
ou
Repn_res_mn_diterrann_ens_-_Censure_s__pour_Paul_Carpita.mp4 - 25.3 MiB


Dernière édition par Simon le 19 Oct 2018, 08:47, édité 1 fois.
Liens uptobox prolongés


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 18 Oct 2018, 20:25 

1958 : La récréation

https://imagesdelaculture.cnc.fr/-/recr ... rpita-les-

Image   Image   Image

  Image Image

Image  

https://multiup.org/download/3869d81d67 ... _ation.avi
ou
1958___La_rn_crn_ation.avi - 252.7 MiB


Dernière édition par vekkialli le 19 Oct 2018, 12:34, édité 4 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Hors ligne

Inscription: Avr 2018
Messages: 214
Points: 215
Sexe: Non specifié
Posté: 18 Oct 2018, 20:55 

- Marseille sans soleil - Paul Carpita (1959) - 17:05

https://vimeo.com/121404472

Oups, au temps pour moi, je n'avais pas vu qu'il était déjà inscrit en gras...


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 2018
Messages: 505
Points: 510
Sexe: Non specifié
Posté: 18 Oct 2018, 22:47 

Merci beaucoup Vekkialli!!
Jolie centralisation!


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Avr 2015
Messages: 3147
Points: 3155
Localisation: dans la montagne
Sexe: Masculin
Posté: 19 Oct 2018, 08:13 

JS Bloch a écrit:
- Marseille sans soleil - Paul Carpita (1959) - 17:05
https://vimeo.com/121404472
Oups, au temps pour moi, je n'avais pas vu qu'il était déjà inscrit en gras...

      :pcb-6 :pcb-6

  1960 : Marseille sans soleil..............donc.....

https://multiup.org/download/233523f5fc ... soleil.mp4
ou
1960___Marseille_sans_soleil.mp4 - 310.9 MiB

Image  Image   Image

Trois jeunes étudiants en cinéma : Jean-Pierre, réalisateur, Alain, caméraman, et Monique, scripte, se sont mis en tête de porter à l'écran le véritable visage de leur ville natale, Marseille.
Jean-Pierre a du mal à appréhender cette ville qui se barbouille de soleil pour être bien conforme à ses cartes postales
A la fin du tournage, Jean-Pierre, appelé du contingent, part pour l'Algérie d'où il ne reviendra plus jamais.
Ses camarades achèvent le montage et c'est seulement lors de la première projection du film terminé qu'ils découvrent le sens profond de la démarche de leur ami.

Image   Image Image


un bon article dans Libération......https://next.liberation.fr/cinema/2003/ ... lle_441458


Dernière édition par vekkialli le 19 Oct 2018, 10:10, édité 3 fois.
Lien uptobox prolongé


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante


Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit